septembre 2021

 QUOI QUE et QUOIQUE

☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
1- QUOI QUE ( en deux mots )
Pour savoir si QUOIQUE s'écrit en un seul mot ou en deux mots, on doit se reférer au sens de la phrase.
QUOI QUE s'écrit en deux mots lorsqu'il signifie « quelle que soit la chose que, la chose qui »
ou « une chose quelconque ».
Exemples :
● Quoi que me réserve l'avenir, je l'accepterai.
( Quelle que soit la chose que me reserve l'avenir, je l'accepterai. )
● Quoi que je fasse, il me fait toujours des reproches .
(Quelle que soit la chose que je fasse, il me fait toujours des reproches.)
● Quoi que je dise, tu ne m'écouteras pas.
( quelle que soit la chose que je dise, tu ne m'écouteras pas .)
2- QUOIQUE :
Il s'écrit en un seul mot lorsqu'il a le sens de " BIEN QUE ", " ENCORE QUE ".
Exemples :
● Quoiqu'il soit malade, il ira au travail .
(Bien qu’il soit malade)
● Quoiqu’elle soit surchargée, elle a accepté cette responsabilité.
● Elle sera présente, quoique invitée tardivement.
● Quoique sans le sou, il est heureux.
REMARQUE :
Après quoi que et quoique, on utilise le subjonctif. Mais il convient de préciser que
le conditionnel ou l’indicatif sont possibles après quoique dans certaines propositions
qui présentent une objection plutôt qu’une simple concession.
Quoique signifie alors « cependant, mais » .
Exemple :
● Je vais l’accompagner à cette réception, quoique je préférerais me reposer ce soir.
● C’est lui qui rédigera le compte rendu quoiqu’il aimerait mieux que je le fasse.

 À SAVOIR/ ENTRE AUTRES/ NOTAMMENT/ AUTREMENT DIT / PAR EXEMPLE/

SOIT / C'EST À DIRE ET LA PLACE DE LA VIRGULE
*******************************************************************
Les mots et locutions à savoir, entre autres, notamment, autrement dit, par exemple, soit et c’est-à-dire
annoncent une explication, apportent une précision, une rectification, une information complémentaire.
Ils sont toujours précédés de la virgule ( , ).
EXEMPLES:
●Il lui reste encore une épreuve à passer, à savoir l'épreuve de mathématiques.
● Beaucoup de travaux sont à réaliser dans votre maison, à savoir élargir le portail,
changer les fenêtres, refaire la toiture, repeindre les plafonds et isoler le garage.
● Il pratique de nombreux sports, entre autres le cyclisme et la natation.
● Il a fait preuve durant sa carrière de qualités essentielles, entre autres la conscience professionnelle, l'abnégation, l'honnêteté et la ténacité.
● Le candidat retenu bénéficiera d'un stage en Amérique, notamment en Californie.
● La mer produit une variété infinie de crustacés, des mollusques, des coquillages de toute espèce, et notamment d'excellentes huîtres.
● La solitude n'est pas naturelle à l'homme, puisqu'à son arrivée au monde il ne se trouve pas seul, mais au milieu de parents, de frères et de sœurs, autrement dit au sein d'une vie en commun.
●Nous avons l’intention de prendre des mesures draconniennes pour mettre fin à cette anarchie, autrement dit des mesures de prévention.
● Cet homme possède une mémoire de tonnerre, par exemple il peut réciter intégralement
"Les fleurs du mal".
●Il reste encore trente minutes à jouer, soit le tiers de la partie.
● Il paie un loyer supérieur à la moitié de son salaire, soit cinq cents euros.
● Elle quittera son travail avant l'hiver prochain, c'est à dire le 1er décembre.
REMARQUE:
Ces mots et locutions ne sont pas séparés par une virgule des mots qui les suivent directement :
●Le projet serait mis en branle très bientôt, c’est-à-dire d’ici un mois. (et non : c’est-à-dire, d’ici un mois)
●Elle n’a pas encore appelé, autrement dit elle ne viendra pas. (et non : autrement dit, elle ne viendra pas).

 LA PLACE DES PRONOMS à l’impératif non négatif

☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆ ☆☆☆☆☆☆
Les pronoms suivent le verbe et sont rattachés par un trait d’union.
Exemple :
● Écris une demande.
===>> écris-la .
● Parle À TON AMI.
===>> parle-lui.
Si le verbe se termine par un " E " muet, on doit ajouter un " S " à la fin.
Exemple:
●Mange du chocolat.
==>> manges-en .
S’il y a plusieurs pronoms, le pronom COD suit immédiatement le verbe, les autres pronoms se placent après le verbe.
Exemple :
● Prêtez VOTRE STYLO à votre camarade.
==>> prêtez-le-lui.
On ne dira jamais : prêtez - lui le .
● Donnez- moi LE COURS D'AUJOURD'HUI.
===>> Donnez-le- moi
Donnez quoi ? le (cours d'aujourd'hui )
===> COD,
Donnez à qui ?
à moi ===>> COI .
Si le COD est " EN " , il occupera toujours la deuxième place.
● Donne-moi DU CHOCOLAT .
===>> Donne-m’en !
Ne jamais dire => Donne moi (z’) en !
RETENIR CETTE RÈGLE :
S’il y a deux pronoms, on les relie au verbe par deux traits d’union.
L’ordre qu’il faut respecter est le suivant : les pronoms LE , LA , L' et LES
doivent toujours être les plus près du verbe; les pronoms " Y "et " EN "
sont au contraire toujours LES PLUS ÉLOIGNÉS DU VERBE .
● Tu nous la promets.
===>> Promets-la-nous. (et non : -nous-la)
● Vous me les redonnez.
===>> Redonnez-les-moi. (et non : -moi-les)
● Nous les leur remettons.
===>> Remettons-les-leur.
●Tu nous en parles.
===>> parle-nous-en.

 UNE FIGURE DE STYLE : LA PRÉTÉRITION

********************************************
C'est une figure de style fondée sur l'atténuation et par laquelle on affirme passer
sous silence quelque chose dont on parle néanmoins.
EXEMPLES:
● C'est Jacques, pour ne pas le nommer, qui était contre votre invitation à cette excursion.
● Il est inutile de rappeler que les membres du groupe doivent respecter le réglement.
● Je ne suis pas compétent pour vous dire pour aborder ce sujet très épineux,
mais je dois vous confier que j'ai mon mot à dire la-dessus.
●Je ne veux pas te décevoir, mais sois sûr que je ne peux pas te prêter l'argent dont tu as besoin.
● Il n'a pas besoin d'un alibi, car il était avec moi au moment des faits.
● Je ne vous ferai pas l'affront de vous rappeler qu'il est nécessaire
de posséder une invitation pour accéder à la salle de conférence.
●Je ne parlerai pas des mérites du défunt qui a consacré sa vie à aider les personnes
nécessiteuses, à voler au secours des personnes en danger, à mettre sa fortune au service de la communauté ...
● Si tu penses que moi Ernesto, je vais te dire que tu as une beauté à couper le souffle, tu te trompes immensément ma lune sainte.
Quelques exemples littéraires:
●"Je n'ai pas besoin de vous dire que c'est Dieu qui donne les grandes naissances, les grands mariages, les enfants, la postérité. "
(Bossuet dans son Oraison funèbre de Marie-Thérèse d'Autriche )
●Je ne vous peindrai point le tumulte et les cris, Le sang de tous côtés ruisselant dans Paris, Le fils assassiné sur le corps de son père, Le frère avec la soeur, la fille avec la mère, Les époux expirant sous leurs toits embrasés.
(Voltaire, La Henriade)
==>> Voltaire commence par affirmer ne pas vouloir parler le massacre, pour le décrire ensuite de manière très crue sur cinq vers.
●" Je n’essaierai donc pas de vous décrire quel sombre enthousiasme se manifesta dans l’armée insurgée après l’allocution de Biassou. Ce fut un concert distordant de cris, de plaintes, de hurlements. Les uns se frappaient la poitrine, les autres heurtaient leurs massues et leurs sabres… "
(Victor Hugo, Bug-Jargal)
●" Pour expliquer combien ce mobilier est vieux, crevassé, pourri, tremblant, rongé, manchot, borgne, invalide, expirant, il faudrait en faire une description qui retarderait trop l’intérêt de cette histoire, et que les gens pressés ne pardonneraient pas. Le carreau rouge est plein de vallées produites par le frottement ou par les mises en couleur. Enfin, là règne la misère sans poésie ; une misère économe, concentrée, râpée. Si elle n’a pas de fange encore, elle a des taches ; si elle n’a ni trous ni haillons, elle va tomber en pourriture. "
(Balzac, Le Père Goriot)
● "Je n’ai aucune arrière-pensée. Je ne veux pas t’influencer… Mais si une épée comme celle-là tuait ta sœur, nous serions bien tranquilles !"
( Giraudoux, Électre ).

 ACCORD DU VERBE AVEC L'ADVERBE DE QUANTITÉ

******************************************************

Lorsque le sujet est un adverbe de quantité employé seul, le verbe s'accorde au pluriel :
●Peu le croient.
●Beaucoup sont déjà repartis.
●Trop se sont découragés.
●Combien seraient prêts à tout abandonner ?
Les participes passés et les adjectifs s'accordent au masculin, sauf si le contexte indique que l'adverbe de quantité ne peut représenter que des femmes :
●Parmi mes amies, peu sont mariées.
●Beaucoup sont fatiguées à la fin de leur grossesse.
Lorsque l'adverbe de quantité est suivi d'un complément, le verbe s'accorde avec le complément :
●Beaucoup de monde est venu à cette fête.
●Trop de gens t'ont sollicité.
●Assez de personnes sont venues à l'assemblée générale pour que le quorum soit atteint.
Avec trop de, le verbe s'accorde soit avec le complément, soit avec trop en fonction du sens :
●Trop de routes sont dangereuses. (Ce sont les routes qui sont dangereuses.)
●Trop d'aliments gras est dangereux. (C'est l'excès d'aliments gras qui est dangereux.)
Lorsque peu est précédé d'un déterminant (un peu de, le peu de, ce peu de…), l'accord peut se faire au masculin singulier si l'on veut insister sur l'idée de manque :
●Le peu d'objets de valeur que je possède n'intéresse pas les cambrioleurs.
Sinon, l'accord se fait avec le complément :
●Le peu d'objets de valeur que je possède n'intéressent pas les cambrioleurs.
Après plus d'un, le verbe s'accorde à la 3e personne du singulier :
●Plus d'un voudrait être à sa place.
Après moins de deux, le verbe s'accorde à la 3e personne du pluriel :
●Moins de deux semaines s'écoulèrent.
(Source: Le Robert )
EXPRESSIONS AVEC LE MOT : DOIGT
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆

 1- Ne pas lever le petit doigt:

=rester passif, ne faire aucun effort, ne pas venir en aide (à quelqu'un).
2- Être comme les doigts de la main :
= Être unis
3- Ne rien faire de ses dix doigts:
=Ne rien faire, rester oisif
4- Mettre le doigt sur quelque chose :
=Identifier, deviner une vérité, un point litigieux, découvrir quelque chose.
5- S'en mordre les doigts:
=Regretter infiniment
6- Mettre le doigt dans un engrenage:
=Se mettre dans une situation difficile dont on ne pourra pas se sortir.
7- Avoir les doigts de fée:
= Être d'une adresse merveilleuse.
= Avoir un don pour un travail manuel ou artistique
8- Mettre le doigt sur la plaie:
=Aviver une douleur physique ou morale
9- Connaître / savoir sur le bout des doigts:
= Connaître par coeur/ savoir de manière parfaite
10- Se brûler les doigts :
=Subir une déconvenue profonde
11- Montrer du doigt :
= Désigner quelqu'un ou quelque chose comme un objet digne de moquerie ou de réprobation.
12- À deux doigts de :
=Sur le point de
● Il est à deux doigts de la solution.
13- Du bout des doigts:
=très délicatement, avec beaucoup de précautions.
14-Glisser, filer entre les doigts de quelqu'un
= lui échapper.
15-On peut les compter sur les doigts (de la main)
=il y en a très peu.
16-Mettre le doigt sur la bouche
=faire signe de garder le silence.
17- Faire toucher du doigt
= convaincre de la réalité d'un fait par des preuves incontestables.
18- Obéir/ marcher au doigt et à l'œil
= obéir au premier signe, sans discuter, en suivant exactement les ordres
19-Taper sur les doigts de quelqu'un ( familier )
= lui donner une leçon, le réprimander.
20- Être liés comme les doigts de la main
= être des amis très unis.
21- Se mettre/ se fourrer/ se ficher le doigt dans l'œil ( familier )
=se tromper grossièrement.

 LES VERBES PRONOMINAUX

■■■■■■■■■■■■■■■■■■■
On distingue quatre groupes de verbes pronominaux.
1- Les verbes toujours pronominaux :
●Exemples: s’absenter, s’abstenir, s’agenouiller, s’efforcer, s’emparer de, se lamenter, etc.
Le participe passé de ces verbes s’accorde toujours avec le sujet :
- Ils s’agenouillent. Ils se sont agenouillés.
- Nous nous emparons du ballon. Nous nous sommes emparés du ballon.
- Elle se lamente. Elle s’est lamentée.
2- Les verbes pronominaux réfléchis :
¤ le participe passé de ces verbes s’accorde avec le sujet si le pronom réfléchi est complément d’objet direct.
¤ Il reste invariable si le complément d’objet direct le suit : LORA se lave.
LORA s’est lavée (c’est-à-dire LORA a lavé LORA ). LORA s’est lavé les mains (c’est-à-dire LORA a lavé ses mains).
3- Les verbes pronominaux réciproques.
¤ Le participe passé est invariable si le pronom est complément d’objet indirect :
- Salim et son voisin se parlent.
- Lora et son amie se sont parlé.
- Que de responsables se sont succédé !
4- Les pronominaux passifs:
¤ Ce ne sont pas de véritables verbes pronominaux, car le pronom « se » n’est pas, dans ce cas, un pronom réfléchi.
¤ Cette ampoule se boit a jeun (c’est-à-dire cette ampoule est bue a jeun ).
¤ Ces jupes se sont portées amples (c’est-à-dire ces jupes ont été portées amples).
¤ Cette expression ne s’emploie plus aujourd’hui (c’est-à-dire cette expression n’est plus employée).
REMARQUES.
1- Ne sont pas classés parmi les pronominaux, les verbes dont le pronom « se » signifie « à soi, pour soi » :
- Elle s’est préparé un repas froid.
2- Le participe passé des verbes s’arroger, se rire, se plaire, se complaire, se déplaire est invariable :
- Ils se sont ri de mes efforts.
- Elles se sont plu à me tourmenter.

 FAUTES COURANTES : MOTS À SAVOIR ORTHOGRAPHIER :

■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■■
1- ACCUEIL :
On l'écrit à tort " acceuil " en inversant les voyelles " E " et " " U ".
Or pour respecter sa prononciation , Il faut que le " U " précède " le "E ",
autrement il serait prononcé << Asseuil >>.
Par ailleurs, " accueillir " s'écrit avec deux " C " comme les autres mots commencant par AC
et contrairement au verbe " RECUEILLIR " qui s'écrit avec un seul " C " .
Pour pallier cette difficulté , retenir cette astuce :
- Lorsqu' on accueille quelqu'un on l'accueille avec les deux bras ==>> ( 2 C ),
et lorsque on le recueille , on le fait avec un seul bras ==>> un C.
2- COORDONNER:
La faute fréquente dans l'orthographe de ce mot est la suppression d'un " O " ==>> Cordonner .
L'explication est à chercher dans l'existence du verbe " CORDONNER "
( Tresser quelque chose en forme de cordon, cordonner des cheveux.... )
et de milliers de mots commençant par " COR " .
Exemples : cordonnier, corde , corde, cordial, cordon ...
3- DILEMME:
C'est l'obligation de choisir entre deux solutions comportant l'une et l'autre des inconvénients.
Exemple : Dites- moi comment sortir de ce dilemme.
Synonyme : alternative.
Il est courant de voir le mot DILEMME écrit avec " N" ( DilemNe ) .
Il est confondu avec l'orthographe de ( INDEMNE ).
4- EXORBITANT:
Qui a un caractère exagéré . Qui dépasse la mesure.
Exemple : Il a acheté sa voiture sport à un prix exorbitant.
La plupart des gens écrivent abusivement ce mot avec la lettre " h " ( exhorbitant ) ,
car plusieurs mots prennent un H :
Exhaler, exhiber, exhumer, exhaustif......
5- GAGEURE:
C'est une promesse de payer une somme , ( ou de donner un objet quelconque) qui est l'objet d'un pari.
D'aucuns l'écrivent fautivement sans un " e" à la fin comme : peur, sueur, douleur, nageur etc.
A noter que " gageure " se prononce << GAJURE >>.
6- MOURIR :
On a tendance à écrire ce verbe avec deux "r " à l'instar de " se nourrir " .
En effet, il ne prend qu'un seul " r ". Pour bien le retenir,
se dire qu' on meurt une SEULE fois , donc un SEUL " r ".
7- (SE) NOURRIR :
En revanche, " se nourrir " s'écrit avec deux " r " .
Une astuce pour s'en souvenir : on se nourrit plusieurs fois ===>> donc deux " r ".
8- PARMI:
Il est invariable et se termine par un " i " à la fin. Certains sont influencés par le mot " hormis "
et l'écrivent avec un " s" à la fin .
Afin de mémoriser son orthographe , nous avons deux astuces :
-" Parmi " compte trois consonnes ( P, R,M ) ===>> Petite Reine Marie.
- Ou plus simplement, se rappeler " Un traître est PARMI nous, il faut le chasser" .
( le traître est bien - entendu le " S" ).
9- MERCI
Il ne prend pas la lettre " e " à la fin et la lettre " c " ne s'écrit pas avec une cédille car elle est suivie de la lettre " i " .

 CONSEILS POUR FAIRE UN RÉSUMÉ DE TEXTE

***************************************************
Tout d'abord dans un résumé de texte, il convient de respecter trois principales règles:
- RESTER FIDÈLE au sens du texte à résumer.
- ÉLIMINER tout ce qui n’est pas essentiel dans le texte original et résumer ce qui l'est de telle
façon à avoir une version courte de ce texte;
- UTILISER ses propres mots et éviter de reprendre ceux du texte original sauf quand c'est nécessaire.
Ensuite suivre les étapes suivantes :
1- COMPRÉHENSION DU TEXTE ORIGINAL
● Lire le texte autant de fois que c'est nécessaire - en tenant compte du temps imparti -
pour s'assurer d'une bonne compréhension .
● Prendre des notes au fur et à mesure avec son propre vocabulaire - plutôt que celui de l’auteur- tout en épousant les idées de l'auteur car il ne s'agit pas de formuler des remarques sur ses idées.
Un exercice que j’aime bien est de résumer l’intégralité du document en une seule phrase. Cette phrase (relativement courte) vous permettra de toujours garder en tête les idées principales du texte et de ne jamais dévier dans des concepts secondaires, voire négligeables. Pour rappel, si quelque chose est négligeable, négligez-le : le principe d’un résumé, c’est bien de se débarrasser de tout ce qui n’est pas essentiel.
2- CONCEPTION D'UN PLAN
À l'issue des différentes lectures du texte , établir le plan choisi par l’auteur en essayant de retrouver sa structure originale, les idées exprimées dans les grands axes du texte sans omettre aucune idée principale. Éviter les répétitions même si elles appartiennent au texte original.
Si jamais une idée importante n'est pas - ou peu comprise - ne pas s'aventurer à la résumer avec ses propres mots pour ne pas tomber dans des contre-sens. Il est moins grave de la reprendre avec les mots de l'auteur que de la supprimer complètement; ce qui donnerait l’impression au correcteur que l'importance de cette idée n'est pas comprise.
3- RÉDACTION DU RÉSUMÉ
Rédiger au brouillon son projet de résumé si le temps le permet en consacrant une page par idée principale ; ce qui permet de vérifier si les parties du résumé sont équilibrées .
Il est à rappeler que l'importance d'un paragraphe ne tient pas à sa longueur mais plutôt à l'importance des idées qu'il véhicule. C'est pourquoi, il convient de se pencher sur les concepts fondamentaux, moins que sur les éléments secondaires tels :
- les exemples ou les citations cités pour l'illustration d'une idée principale;
- les répétitions qui visent à insister sur un point particulier;
- les liaisons et transitions quelle que soit leur longueur;
- les données statistiques à moins qu'un chiffre - et un seul - permet de renoncer à de longues explications d’un phénomène ;
- les expressions et les périphrases qui doivent être remplacées par un mot ou une expression plus courte.
4- RELECTURE DU RÉSUMÉ
Une fois la rédaction terminée, lire dans sa tête et à tête reposée pour apporter les dernières corrections en l'occurence les fautes d'orthographe, la ponctuation, les enchaînements logiques ... mais surtout vérifier qu'aucune idée importante n'est oubliée, qu'aucune idée n'est de trop et que le texte est clair et rédigé avec un bon style que tout lecteur peut comprendre tout en retrouvant
toutes les idées essentielles contenues dans le texte initial.