2023

 FONCTIONS NOMINALES DE L'INFINITIF

Le verbe à l’infinitif peut jouer le rôle d’un nom plutôt que celui d’un verbe. Il peut aussi en avoir une des diverses fonctions syntaxiques du nom selon le contexte.
1- L'infinitif peut d'abord être employé comme sujet dans la phrase.
Exemple:
Trouver un emploi est le premier rêve d'un jeune diplômé.
■ Lorsque deux infinitifs sujets sont coordonnés, l'accord du verbe se fait au singulier si l'on veut insister sur la neutralité des sujets ou sur le fait qu'ils représentent des actions faisant partie d'un même ensemble, mais l'accord au pluriel est possible si l'idée d'addition ou d'actions distinctes est prédominante.
Exemples :
● Regarder un film et lire un roman me permet de me détendre. ou bien:
● Regarder un film et lire un roman me permettent de me détendre.
2- L'infinitif peut aussi avoir la fonction d'attribut du sujet ( = lié au sujet par le verbe être ou par un autre verbe d'état).
L'infinitif en fonction attribut est précédé de la préposition " DE " lorsque le sujet n'est pas un autre verbe à l'infinitif et qu'il est repris par une expression comme c'est ou ce serait.
Exemples :
● Vouloir, c'est pouvoir.
- Son plus grand rêve, ce serait de de voir les matchs de la prochaine coupe du monde.
3- On peut également employer l'infinitif comme complément direct ou indirect d'un autre verbe ou comme complément d'un verbe impersonnel.
Exemples :
● Il aime jouer au football. (complément direct du verbe aimer)
● Elle pense à quitter la maison conjugale. (complément indirect du verbe penser)
● Il faut travailler. (complément du verbe impersonnel falloir)
4- L'infinitif peut aussi être employé comme complément d'autres éléments de la phrase :
- il peut être complément du nom.
Exemple:
● Il vit avec la peur de mourir. ( complément du nom peur )
- complément de l'adjectif
Exemple :
● Es-tu prêt à faire ton devoir? ( complément se l'adjectif prêt )
- ou complément circonstanciel:
Exemple :
● Elle ne mange pas de viande de peur d'être malade. (complément circonstanciel)
Enfin, on peut aussi trouver l'infinitif en fonction d'apposition.
Exemple :
● Il a plusieurs passions : lire, dessiner et faire du sport.

 EMPLOI DES PRONOMS AVEC L'IMPÉRATIF

Lorsqu’un verbe à l’impératif est suivi de pronoms compléments, il n'est pas toujours facile de déterminer l'ordre dans lequel ceux-ci doivent apparaître. L'emploi des pronoms EN et Y peut également poser des problèmes de position et de liaison lorsqu'ils accompagnent un verbe à l'impératif.
Dans une phrase affirmative, lorsqu'un verbe à l'impératif est employé avec deux pronoms, celui qui est complément direct se place immédiatement après le verbe, suivi du pronom complément indirect.
Exemples :
● Ce livre nous appartient. Rendez-le-nous. (Rendez-nous quoi? Ce livre : le, mis pour livre, est complément direct. Rendez ce livre à qui? À nous, complément indirect.)
● Cette lettre est pour elles. Adresse-la-leur. (Adresse-leur quoi? Cette lettre : la, mis pour lettre, est complément direct. Adresse la lettre à qui? À leur, complément indirect.)
● J’aimerais le savoir; dites-le-moi le plus tôt possible. (Dites quoi? Le, complément direct. Dites à qui? À moi, complément indirect.)
● Laisse-le nous montrer quelques photos de notre enfance. (Nous est complément indirect de montrer.)
Il convient de noter qu'il y a un trait d'union entre le verbe et les pronoms. Toutefois, lorsque le pronom est complément de l'infinitif qui le suit, le trait d’union disparaît. Pour savoir si un pronom se rapporte ou non à l’infinitif, il faut mettre la phrase à l’indicatif. Les pronoms situés avant le verbe conjugué se rapportent à celui-ci et seront donc liés par un trait d’union à l’impératif.
Exemples :
● Quand tu as un problème, viens nous le dire.
==>> Quand tu as un problème, tu viens nous le dire. Les pronoms nous et le ne sont pas situés avant le verbe conjugué viens, donc ils ne sont pas liés à viens par un trait d’union.
● Laissons-la lui raconter son histoire.
==>> Nous la laissons lui raconter son histoire. Le pronom la est situé avant le verbe conjugué laissons, donc il est lié à laissons par un trait d’union.
Au contraire, dans une phrase négative qui comporte deux pronoms et un verbe à l'impératif, les deux pronoms se placent devant le verbe, et le complément direct se trouve en seconde position.
Remarque: Cette règle ne s'applique cependant pas avec les pronoms lui et leur, qui se placent en second lieu.
De plus, il n'y a pas de trait d'union entre l'impératif et les pronoms.
Exemples :
● Ces jouets nous déplaisent. Ne nous les achète pas. (et non : achète-nous-les pas)
● Je ne veux pas connaître votre avis. Ne me le dis pas. (et non : Dis-moi-le pas)
● Ce cadeau ne lui est pas destiné. Ne le lui offrez pas.
● Ces gens ont vraiment besoin de notre aide. Ne la leur refusons pas.
Quant aux pronoms EN et Y, ils se placent toujours en seconde position lorsqu'ils sont employés dans une phrase ( affirmative ou négative ) à l'impératif avec un autre pronom. Les pronoms sont liés par un trait d'union dans les phrases affirmatives, mais pas dans les phrases négatives. Par ailleurs, c'est l'apostrophe et non le trait d'union qu'on emploie entre les pronoms le, la, les, moi et toi et les pronoms en et y.
Exemples :
● Les fleurs sont sur la table. Offrez-leur-en.
● Cette offre n'est pas valable. Ne vous y fiez pas.
● Cette table est solide. Appuyez-vous-y.
● Ils ont trop mangé de friandises; ne leur en donnez plus.
● Ce jus est vraiment délicieux. Versez-m'en encore un peu.
En outre, les pronoms me et te (qui se substituent à moi et toi) s’élident phonétiquement et graphiquement devant les pronoms EN et Y. Cependant, à l'oral, l’usage populaire a tendance à recourir, à tort, aux pronoms toi et moi et à faire une liaison injustifiée avec le son [z] entre ces pronoms et les pronoms en et y. Il faut noter qu’à l'impératif, on trouve un s de liaison à la fin d'un verbe suivi des pronoms en ou y (par exemple, vas-y, mets-en), mais jamais entre deux pronoms.
Exemples :
● Vous avez de belles pommes. Donnez-m'en un kilo.
(et non : donnez-moi-z-en; donnez-moi-z’en)
● Je ne veux pas oublier de rendre mes livres à la bibliothèque. Fais-m’y penser.
(et non : fais-moi-z-y; fais-moi-z’y)
● Je n’ai pas le temps de faire les courses. Occupe-t’en.
(et non : occupe-toi-z-en; occupe-toi-z’en)
On rencontre parfois l'inversion de l'ordre habituel des pronoms dans une phrase impérative, surtout à l'oral. Il est toutefois préférable d'éviter cet usage, surtout dans la langue écrite.
Exemples :
● Ce stylo est à moi. Donne-le-moi. (et non : donne-moi-le)
● Nous avons acheté des meubles ici il y a déjà trois semaines. Livrez-les-nous dès que possible.
(et non : livrez-nous-les).